Table de Concertation en Violence Conjugale et Agressions à Caractère Sexuel de Laval

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NOUVEAU SUR LE SITE

PRISES DE POSITION

22 Août 2014 Communiqué (21 août 2014) : Utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les victimes et auteurs de violences Lire la suite...
06 Décembre 2013 Communiqué 6 décembre 2013 : nier les inégalités met les femmes en danger Lire la suite...
31 Janvier 2013 "Vibre à ton rythme" : un carnet d'éducation à des relations amoureuses et sexuelles saines Lire la suite...
20 Décembre 2012 Travail à la chaîne : une journée de conférences interactives (7 février 2013) Lire la suite...
17 Décembre 2012 Communiqué de presse 17 décembre 2012 : La période des fêtes, une période de réjouissances? Pas pour les victimes de violences conjugale et sexuelle Lire la suite...

Vous avez reçu une confidence d’une personne victime d’agression sexuelle

Index de l'article
Vous avez reçu une confidence d’une personne victime d’agression sexuelle
Définition
Consentir à des contacts sexuels, ça implique…?
Statistiques
Saviez-vous que…
Attitudes aidantes et nuisibles
Toutes les pages

Statistiques

Statistiques

Il s’avère difficile d’obtenir des données statistiques exactes portant sur le nombre d’agressions sexuelles commises chaque année au Québec, puisque la majorité des personnes ne déclarent pas à la police les agressions sexuelles subies. Par contre, des études scientifiques sondant la population nous permettent d’avoir un estimé de la situation.

  • Les études les plus rigoureuses sur le plan méthodologique suggèrent qu'une femme sur trois et un homme sur six sont agressés sexuellement avant d'atteindre l’âge de la majorité (Badgley et al., 1984; Bagley et Ramsay, 1986; Coffey et al., 1996; Finkelhor et al., 1990; Russell, 1983)5;
  • 90% des situations d’agression sexuelle ne sont pas déclarées à la police6;
  • Seulement 8% des agressions sexuelles d’enfants seraient signalées aux systèmes de protection de la jeunesse (MacMillan et coll., 2003);
  • Près de 25 % des personnes ayant été agressées sexuellement durant l’enfance ne révèleront jamais les sévices qu'elles ont subis. Le taux de non-divulgation est de 16 % chez les femmes et de 34% chez les hommes (Cyr, 2010);
  • 50% des personnes victimes d’agression sexuelle qui choisiront de parler de leur histoire d’agression mettront plus de 5 ans avant de le faire (Cyr, 2010);
  • Le taux de détresse psychologique des victimes d’agression sexuelle qui consultent unE clinicienNE est de 7 % chez celles qui ont dénoncé l'agression rapidement et de 26 % chez celles qui ne l'ont pas fait (Cyr, 2010);
  • Seulement 20 % des femmes et 10 % des hommes dévoileront qu'ils ou elles ont été victime d’agression sexuelle dans les 24 heures suivant leur agression (Cyr, 2010);
  • Les agressions sexuelles graves, telles le viol, sont commises par des personnes connues dans 85 % des cas quand la victime est une femme et dans 89 % des cas pour les hommes (Cyr, 2010);
  • Les femmes qui, dans l'enfance, ont subi des abus sexuels, ont trois à quatre fois plus de risques d'être victimes de violence physique ou sexuelle de la part de leur conjoint que celles qui n'ont pas vécu de tels traumatismes dans l'enfance (Daigneault, 2010).

Légende & sources

  • 5)  IN Tourigny et Guillot. 1999. « Conséquences entourant la prise en charge par les services sociaux et judiciaires des enfants (0-17 ans) victimes d’agression sexuelle », Québec, Ministère de la Santé et de Services sociaux,
  • 6)  Statistiques 2008 sur les agressions sexuelles au Québec, ministère de la Sécurité publique, décembre 2009.